L’automne 2016 n’a pas connu de phénomène de descente massive comme
les années précédentes. En ce mois de mars 2017, on se retrouve donc dans un
cas de figure classique vis-à-vis du cycle biologique, cela veut aussi dire que les
nids de chenilles observés dans les pins sont encore occupés. Il est possible que
le nombre de descente soit supérieur à ce qui a eu lieu les années passées
au cours des semaines à venir.
En février, on a observé seulement quelques chenilles processionnaires au sol
et de manière très localisée, notamment sur la côte. En cette seconde moitié du
mois de mars, les descentes de chenilles se multiplient et les observations
sont fréquentes surtout en Bretagne Sud. La vigilance est de mise : de
nombreuses chenilles processionnaires devraient être visibles au sol ces
prochains jours.

Communiqué de la FREDON Bretagne - N°32 Mars 2017