VŒUX 2018 DIMANCHE 14 JANVIER

Notre petite cérémonie de vœux est traditionnellement ici une réunion familiale entre les habitants de Tréal et son équipe municipale.

Nous accueillons aujourd’hui Marie-Hélène HERRY conseillère générale qui nous dira quelques mots du canton et des communes qui nous sont proches.

Ainsi que Françoise LOUIS-ROGER, responsable des relations entre les élus et l’intercommunalité de « l’Oust à Brocéliande Communauté ».

Je vous retrouve avec plaisir en ce début d’année et selon un usage bien ancré et toujours sympathique, pour faire le tour d’horizon de l’année écoulée et évoquer les projets à venir pour notre commune.

Quelques chiffres pour commencer issus du recensement de la population fait au début de l’année dernière.

En 2010… 659 habitants… la baisse est régulière depuis des années, lente, elle semble inexorable mais elle se ralenti …  en 2015 … 652 habitants … ce n’est pas mieux mais la baisse semble stoppée puisqu’en 2017 nous sommes 674 personnes à vivre à Tréal. Un timide regain qui se constate aussi et de façon plus marquée sur les communes voisines de l’intercommunalité, peut-être plus urbaines et qui disposent de plus d’activités commerciales, professionnelles et d’autres structures de proximité.

Il y a malheureusement 22 personnes qui n’habitent plus leur domicile, pour la principale raison que leur âge ou leur santé ne leur permet plus de rester autonomes dans leur vie quotidienne.

Le choix, et ce n’est pas vraiment un choix lorsque l’environnement immédiat et la proximité de la famille ou des voisins changent, disons la décision d’aller s’installer ailleurs est toujours douloureuse à prendre.

Je pense à elles, je pense à eux … et vous aussi … je les salue chaleureusement.

Je veux saluer également les nouveaux habitants, cette année 15 foyers pour 30 personnes qui sont venus s’installer sur notre  commune, leur dire en votre nom qu’ils sont les bienvenus et qu’ils découvriront avec vous tous les recettes magiques pour créer de bons liens de voisinage et de convivialité.

Et aussi animer avec vous de façons diverses, sportive ou simplement joyeuse et conviviale, leurs nouvelles relations ... Avec les membres et les responsables des associations locales, auprès des services de la mairie et de la poste, et avec le personnel communal pour ce qui concerne les choses pratiques. La plupart de ces personnes sont là et vous êtes là aussi, c’est l’occasion de vous présenter les uns aux autres.

Bien évidemment …  je ne l’oublie pas … l’école … (la directrice m’a demandé de bien vouloir l’excuser de son absence) ... et les liens particulièrement solides qui unissent St Nicolas-du-Tertre et Tréal avec leurs équipes pédagogiques, les membres de l’OGEC et l’association des parents d’élèves.

A côté d’elle, et grâce à son existence, la cantine municipale, la médiathèque et les garderies du matin et du soir sont les horloges de la vie quotidienne de Tréal.

Tant qu’on entendra les cris des enfants dans le bourg on saura qu’il fait beau temps à Tréal.

Il faut songer à l’avenir et conserver demain pour eux ce qui nous est de plus en plus contesté et chichement mesuré aujourd’hui-même.

Le mouvement de perte d’habitants semble inversé et nous devrons aménager notre commune, et son bourg de façon plus marquée sans doute, cela a timidement commencé …  Mais ne rien céder pour la conservation de l’habitat dans les villages, pour nous-même et en concertation avec nos voisins de l’intercommunalité, afin de ne pas devenir des déserts ruraux.

Les élus de la commune en ont conscience, la réflexion est engagée, les consultations vont se faire bientôt et devraient aboutir sur des choix profitables pour l’avenir de la commune.

Voici quelques-uns parmi bien d’autres sujets, résumés dans la dernière édition du bulletin municipal :

Les difficultés des communes et les interrogations qui  sont liées à leurs financements,

La nouvelle intercommunalité et les modes de fonctionnement et de redistribution de l’argent public,

Les enjeux concernant les règles de constructibilité édictées par le nouveau Scot,

La modernisation des connections avec la fibre optique à venir.

Pas vraiment des sujets faciles, qui ne contentent pas tout le monde de la même manière et qui préoccupent comme nous les équipes municipales des communes environnantes.

Vous avez pu le constater en lisant le bulletin, derrière tout cela beaucoup de questions dont les réponses ne sont pas pleinement satisfaisantes et des décisions difficiles à annoncer.

Les ambitions doivent rester modestes mais notre commune doit revendiquer avec force le droit de rester une commune moderne et aussi bien équipée que les autres …toutes les autres.

La modernité est un mal coûteux et nécessaire partout, et bien plus demain qu’aujourd’hui.

Notre attractivité est là, la qualité de vie aussi, avec un tissu de choses délicates et fragiles qui protègent les relations entre nous tous, des enjeux économiques qui sont des marqueurs forts, particulièrement de l'agriculture pour ce qui concerne notre territoire.

Peut-être des enjeux  prioritaires mais qui laissent de la place pour vivre côte à côte.

Pour tous ceux que nous souhaitons encore accueillir demain et pour notre propre jeunesse, la commune devra entreprendre des actions volontaires et faire des choix, attirer de nouveaux habitants et confirmer ce regain de population, en particulier dans le bourg, s’il nous est dit qu’il ne faut plus construire dans la campagne.

L’équipe municipale en place souhaite entreprendre ce travail important pour l’avenir, pour un juste équilibre et une répartition harmonieuse de la population sur une commune rurale, un mot qu’il faut nuancer avant qu’il se vide de son sens, y compris pour ceux qui revendiquent la gestion de notre campagne.

Tant que la commune ne sera pas dissoute dans une autre ...Ou avec une autre ? A dire comme on veut autant que cela peut séduire ! … Elle doit faire des choix judicieux et assumer pour elle-même les indispensables du bien-vivre et du confort de ses habitants, et en même temps et aux mêmes moments faire face aux restrictions de toutes sortes.

Revenons pour finir aux chiffres, à propos d’une récente question à laquelle je n’ai pas pu répondre de façon précise. Concernant la restauration de l’église, les dernières sommes des factures à payer et les dernières rentrées des subventions ont été enregistrées il y a quelques semaines seulement.

Les dons réunis par la Fondation du Patrimoine ont rapporté 13.000 €.

Tout est dit aussi sur le site internet.

Pour conclure ce pourquoi nous sommes là aujourd'hui, je vous souhaite et tout le Conseil municipal avec moi, à toutes et à tous une belle année de bonheur et de réussite.

Aux anciens … je vous souhaite de conserver encore longtemps la fraicheur de vos éternels printemps,

Aux enfants que je vois souvent à la cantine ... je vous souhaite de ne pas grandir trop vite et de faire encore plus de bruit demain, lorsque vous serez devenus citoyens,

Aux jeunes adultes de la commune … je vous souhaite de belles réussites dans vos études et un bon départ dans vos métiers, de voir le monde mais de ne pas oublier Tréal qui aura besoin de vous,

Aux jeunes parents … je vous souhaite de continuer de faire des enfants autant que possible … d’avoir les meilleurs outils pour leur éducation et leur culture … avant de devenir vous-mêmes des anciens très connectés aux jeunes à votre tour.

Bonne et belle année à vous tous.

Bernard Loiseau.


 

EDITORIAL

26 JUILLET 2017

Après avoir dépouillé les communes d’une part de leurs revenus au profit des intercommunalités, l’Etat veut encore leur retirer des moyens d’exister.

On oublierait presque que l’investissement local consiste à mener des travaux pour améliorer le service public de proximité et les conditions de vie des habitants …ou seulement éviter qu’elles se dégradent un peu plus hélas ! …

La Cour des Comptes recommande «la poursuite de la mise sous tension financière des collectivités territoriales», ce qui ne signifie rien d’autre que la baisse des dotations.

Il faut renforcer d’urgence la péréquation en faveur des communes les plus fragiles, l’effort demandé est inédit, les mesures sont extrêmes, il faut modifier les critères d’éligibilité et rendre les aides plus faciles d’accès.

Où en est à ce propos le chantier de la réforme de la DGF ? Il semblerait abandonné … 

L’inflation inquiétante des normes (l’accessibilité, les contrôles de sécurité, etc.) ont un impact considérable sur les budgets des petites communes et les calendriers imposés obligent des dépenses hors de proportion.

Ce sont des marchés captifs et juteux pour nombre d’entreprises et les économies à réaliser ne sont pas vraiment de leur côté.

Il est également préconisé de supprimer la clause de compétence générale des communes, «son maintien ne permet pas d’aller au bout d’une rationalisation nécessaire».

Les communes, et les petites communes rurales en particulier, souffrent rarement de dépenses excessives … les élus municipaux ont la culture de l’économie et ne gaspillent pas l’argent public  … mais souffrent bien de recettes très insuffisantes pour assurer les dépenses qu’une municipalité doit décemment assurer pour le quotidien des habitants et leurs activités.

Et ce n’est pas non plus au niveau des  personnels qu’il faut reprocher aux communes d’être dispendieuses …sans un minimum de présence humaine il faut alors expliquer comment entretenir les routes et les bourgs, assurer la sécurité, faire fonctionner les services de la mairie et de l’agence postale, préparer les repas de la cantine scolaire, entretenir les équipements sportifs et les bâtiments communaux, gérer le parc locatif, etc.

Même avec des ordinateurs il faut des bras … et dire qu’ils sont trop nombreux et trop payés, c’est une honte à entendre.

La suppression programmée de la taxe d’habitation, dont déjà un grand nombre d’habitants sont exemptés, va encore aggraver la situation précaire de nombreuses communes, une des dernières sources de revenus réguliers … pour la remplacer par une promesse d'autres ressources "compensatoires" qui ne sera pas tenue.

Bernard Loiseau